Grâce à engytec, Michael Zamboni consomme l’électricité de son propre toit

Acheter de l’électricité solaire à son propriétaire? «C’est une bonne chose», estime Michael Zamboni, d’Ormalingen (BL). Ce technicien de fenêtres vit depuis avril avec sa famille dans un bloc doté d’une centrale sur le toit. Les solutions d’engytec ont contribué à la mise en place de ce système.

La décision de venir vivre dans un bâtiment produisant sa propre énergie solaire n’a pas été prise en connaissance de cause, explique Michael Zamboni. Sa femme et lui ont tout simplement déposé une demande de logement pour cet immeuble de dix appartements et appris plus tard que leur électricité serait produite sur leur propre toit. Ils s’en réjouissent tous les deux. «Le fait que notre propriétaire ait opté pour l’électricité solaire est une réelle avancée. Le facteur environnemental est de plus en plus important, y compris pour notre famille», précise ce père de deux enfants.

Les Zamboni doivent à la révision de la loi sur l’énergie entrée en vigueur le 1er janvier 2018 de pouvoir utiliser l’énergie solaire produite par leur propriétaire. Cette loi permet aux propriétaires de bâtiments exploitant une installation solaire de vendre à leurs locataires l’électricité produite au sein d’un regroupement dans le cadre de la consommation propre (RCP). Ils peuvent ainsi amortir leur installation plus rapidement.

«Le prix du courant solaire ne doit pas être plus élevé que celui du courant du réseau», explique Jürg Schaub, directeur de b+s elektro telematik ag, une entreprise partenaire d’engytec. Par rapport au tarif de l’entreprise d’électricité, le courant solaire est toujours moins cher. «Les locataires n’ont que des avantages: leur courant est écologique et ils font des économies», estime M. Schaub.

«Avec un RCP, les locataires n’ont que des avantages»

M. Schaub et son équipe ont équipé cet immeuble de dix appartements d’Ormalingen (BL) d’une installation photovoltaïque de 146 mètres carrés dans le cadre de BKW Home Energy, qui propose des solutions complètes de technique solaire pour les immeubles d’habitation.

Au cours d’une visite, Jürg Schaub montre au locataire Michael Zamboni les 86 modules solaires orientés plein sud et produisant jusqu’à 30’000 kilowattheures d’électricité par an. «Ces modules pourraient entièrement alimenter en électricité huit des dix appartements toute l’année, ou bien 15 petites voitures électriques pourraient parcourir 12’000 kilomètres», précise M. Schaub. «C’est impressionnant», ajoute Michael Zamboni.

Evaluations et calculs: le fonctionnement d’engytec

Dans la cave, les deux hommes visitent ensuite la pièce maîtresse de Home Energy. Le Solar-Log surveille la production et la consommation d’électricité, améliore la production d’eau chaude et donne l’alarme en cas de dysfonctionnements. La base Solar-Log dispose d’un compteur par locataire, qui est évalué par engytec. Ainsi, chaque partie peut voir quelle quantité de courant elle a consommé depuis l’installation solaire et depuis le réseau, et quelle quantité a été injectée dans le réseau public. Grâce à l’application et à la plateforme engytec, chaque utilisateur bénéficie d’une transparence complète et d’un aperçu clair.

Michael Zamboni vient de recevoir sa première facture d’électricité. Contient-elle des surprises? «Le prix du courant est moins élevé qu’avant, ce qui est formidable, bien entendu. Mais ça ne me dérangerait pas qu’il soit aussi cher. Pour moi, le facteur environnemental passe avant les économies.»

Et comment vit-on avec le courant solaire? Y a-t-il des restrictions par rapport à avant? «Quand on branche un appareil, rien ne change. On ne remarque pas d’où vient le courant. On n’a encore jamais eu de problèmes, tout a toujours fonctionné», raconte M. Zamboni.

L’immeuble disposant d’un accumulateur de 26 kilowattheures (qui pourrait même être élargi à 39 kilowattheures), il est même souvent possible de recourir au courant solaire pendant la nuit. Au final, depuis avril, seuls 10% de l’électricité ont dû être achetés auprès du fournisseur d’énergie officiel. «Pour un immeuble de dix appartements, c’est fantastique!», s’exclame Jürg Schaub, ravi. En hiver, quand il y a moins de soleil, cette proportion devrait être de 40% en moyenne.

Michael Zamboni est lui aussi convaincu par l’énergie solaire. «Faire équiper une partie de la surface du toit de cellules solaires devrait être inscrit dans la loi. On pourrait par exemple fixer un nombre minimum de mètres carrés», propose-t-il. En effet, «si rien que la moitié de notre courant était produite par les foyers, ce serait déjà une formidable avancée en matière d’électricité propre.» Et cela bénéficierait à tout le monde.

Un système solaire serait-il intéressant dans mon cas?

Calculez maintenant en ligne de manière simple et pratique.

Votre offre indicative en quelques clics